WU RUNG SHUN : TRADITION ET TRANSFORMATION : le pasi but but, un chant polyphonique des Bunun de Taiwan, 1996 , thèse de doctorat, Paris

Tradition

et transformation: le pasi but but, un chant polyphonique des Bunun de Taiwan

Couverture
wu rung shun.jpg
1996 – 952 pages
NOTRE TRAVAIL PORTE SUR UN CHANT RITUEL DESTINE A FAVORISER LA CROISSANCE DU MILLET, NOURRITURE DE BASE POUR LES ABORIGENES DE TAIWAN ET EN PARTICULIER POUR LES BUNUN. CE CHANT, DESIGNE PAR LE TERME PASI BUT BUT REVET UNE FORME POLYPHONIQUE PROPRE QUI LE DISTINGUE PARMI TOUS LES REPERTOIRES DE L’ETHNIE BUNUN. DANS UNE PREMIERE PARTIE, NOUS NOUS SOMMES EFFORCES DE SITUER LE PASI BUT BUT DANS LA SOCIETE, LA CULTURE, ET LA MUSIQUE TRADITIONNELLE DES BUNUN DONT NOUS PRESENTONS BRIEVEMENT LES DIVERS ASPECTS. DANS LA SECONDE PARTIE, LE SUJET PROPRE DE LA THESE EST TRAITE SOUS LES TROIS ANGLES DE LA FONCTION, DE LA STRUCTURE ET DES MUTATIONS OBSERVEES AU COURS DES CINQUANTE DERNIERES ANNEES. EN FAIT CES TROIS FACTEURS S’INTERPENETRENT INEXTRICABLEMENT, MAIS, POUR MIEUX COMPRENDRE LA SIGNIFICATION ET LES CHANGEMENTS SUBIS PAR LE PASI BUT BUT A TRAVERS LE TEMPS ET L’ESPACE, IL S’EST AVERE NECESSAIRE D’EXAMINER SEPAREMENT : 1) LE ROLE ORIGINAL DU PASI BUT BUT DANS LA SOCIETE TRADITIONNELLE BUNUN, TEL QUE LE PRESENTENT LES RECITS DE LA TRADITION ORALE QUE NOUS AVONS RECUEILLIS DANS DIFFERENTS VILLAGE BUNUN. 2) LES CARACTERISTIQUES MUSICALES DES QUINZE VERSIONS ENREGISTREES DU PASI BUT BUT DONT NOUS DISPOSIONS. 3) LA STRUCTURE DE LA POLYPHONIE, TELLE QU’ELLE SE DEGAGE DE LA COMPARAISON DES DIFFERENTES VERSIONS. ENFIN, A PARTIR DE L’ANALYSE DE CES DONNEES, NOUS AVONS TENTE DE COMPRENDRE SELON QUELLES MODALITES LE PASI BUT BUT S’ETAIT ADAPTE A L’ENVIRONNEMENT NOUVEAU DANS LEQUEL SE TROUVAIT PLACEE LA SOCIETE BUNUN ET QUEL NOYAU STABLE PERSISTAIT AUJOURD’HUI DANS CE CHANT POLYPHONIQUE DEVENU EMBLEMATIQUE NON SEULEMENT DES BUNUN, MAIS DANS UNE CERTAINE MESURE, DES ABORIGENES DE TAIWAN.

« Moins

WU RUNG SHUN : Collection : Tradition et transformation : le “pasi but but”, un chant polyphonique des Bunun de Taiwan [Exemple pour thèse], CREM, FRANCE

Collection : Tradition et transformation : le “pasi but but”, un chant polyphonique des Bunun de Taiwan [Exemple pour thèse]

29 items (Voir liste)
Titre
Tradition et transformation : le “pasi but but”, un chant polyphonique des Bunun de Taiwan [Exemple pour thèse]
Déposant / contributeur
Wu, Rung Shun
Statut du document
Inédits
Description
Exemples musicaux accompagnant la thèse “Tradition et transformation. Le “pasi but but”, un chant polyphonique des Bunun de Taiwan” de Rung Shun Wu. – Nanterre : Université Paris 10, 1996. Directeur de thèse : Mireille Helffer. Ces enregistrements ont été réalisés de 1943 à 1994.
Contexte d’enregistrement
Montage pour diplôme
Période d’enregistrement
1943 – 1994
Type d’accès
Accès partiel aux items
Corpus
Thèses de doctorat et HDR (documents encartés)
Corpus
Wu Rung Shun, enregistrements inédits

Indications géographiques et culturelles

États / nations
Taïwan
Populations / groupes sociaux
Bunun

Mentions légales

Collecteur
Wu, Rung Shun
Éditeur
Montage (accompagnant un diplôme)
Auteur de la notice éditée
Wu, Rung Shun
Références bibliographiques
Tradition et transformation : le “pasi but but”, un chant polyphonique des Bunun de Taiwan / Rung Shun Wu. – Nanterre : Université Paris 10, 1996. Directeur de thèse : Mireille Helffer.
Mémoire consultable à la bibliothèque du CREM, cote MS 240.
Droit d’utilisation
Copie interdite

Média associés

Média Prévisualisation
Titre
Résumé de la thèse de Wu Rung Shun
Description
Notre travail porte sur un chant rituel destine a favoriser la croissance du millet, nourriture de base pour les aborigenes de taiwan et en particulier pour les bunun. Ce chant, designe par le terme pasi but but revet une forme polyphonique propre qui le distingue parmi tous les repertoires de l’ethnie bunun. Dans une premiere partie, nous nous sommes efforces de situer le pasi but but dans la societe, la culture, et la musique traditionnelle des bunun dont nous presentons brievement les divers aspects. Dans la seconde partie, le sujet propre de la these est traite sous les trois angles de la fonction, de la structure et des mutations observees au cours des cinquante dernieres annees. En fait ces trois facteurs s’interpenetrent inextricablement, mais, pour mieux comprendre la signification et les changements subis par le pasi but but a travers le temps et l’espace, il s’est avere necessaire d’examiner separement : 1) le role original du pasi but but dans la societe traditionnelle bunun, tel que le presentent les recits de la tradition orale que nous avons recueillis dans differents village bunun. 2) les caracteristiques musicales des quinze versions enregistrees du pasi but but dont nous disposions. 3) la structure de la polyphonie, telle qu’elle se degage de la comparaison des differentes versions. Enfin, a partir de l’analyse de ces donnees, nous avons tente de comprendre selon quelles modalites le pasi but but s’etait adapte a l’environnement nouveau dans lequel se trouvait placee la societe bunun et quel noyau stable persistait aujourd’hui dans ce chant polyphonique devenu emblematique non seulement des bunun, mais dans une certaine mesure, des aborigenes de taiwan.
Consultée le 18 avril 2017.
Crédits
Wu Rung Shun
Titre
Présentation de la thèse de Wu Rung Shun
Description
Consultée le 18 avril 2017.
Crédits
Wu Rung Shun

Items

Titre Numérisé Collecteur Lieu Année d’enregistrement Cote
d Chant rituel – chant de chasse au têtes :01-01 d Wu, Rung Shun Taïwan 1989 CNRSMH_I_1996_010_001_01
d Chant de travail “masi lumah” :01-02 d Wu, Rung Shun Taïwan 1987 CNRSMH_I_1996_010_001_02
d Chant nostalgique “pisdaidaz” :01-03 d Wu, Rung Shun Taïwan 1987 CNRSMH_I_1996_010_001_03
d Chant d’enfant “tinunuan takur” :01-04 d Wu, Rung Shun Taïwan 1988 CNRSMH_I_1996_010_001_04
d Chant d’enfant “ahk ahk” :01-05 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_05
d Chant d’enfant “tama tina ” :01-06 d Wu, Rung Shun Taïwan 1987 CNRSMH_I_1996_010_001_06
d Chant de transmission des pouvoirs de chamane :01-07 d Wu, Rung Shun Taïwan 1987 – 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_07
d Chant de rite des lances avant la chasse :01-08 d Wu, Rung Shun Taïwan 1987 – 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_08
d La guimbarde “pis-haunghaung” :01-09 d Wu, Rung Shun Taïwan 1943 – 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_09
d Le sistre “pis-lahlah” :01-10 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_10
d L’arc musical “la-tuktuk” :01-11 d Wu, Rung Shun Taïwan 1943 – 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_11
d la cithare à 5 cordes “banhir la-tuktuk” :01-12 d Wu, Rung Shun Taïwan 1988 CNRSMH_I_1996_010_001_12
d Les bâtons pilonnants “ma-turtur” :01-13 d Wu, Rung Shun Taïwan 1995 CNRSMH_I_1996_010_001_13
d Le simandre “ki-pahpah” :01-14 d Wu, Rung Shun Taïwan 1943 – 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_14
d “Pasi but but” :01-15 d Wu, Rung Shun Taïwan 1987 CNRSMH_I_1996_010_001_15
d “pasi but but” :01-16 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_16
d “Pasi but but”, LU Ping-Chang :01-17 d Wu, Rung Shun Taïwan 1967 CNRSMH_I_1996_010_001_17
d “Pasi but but” :01-18 d Wu, Rung Shun Taïwan 1987 CNRSMH_I_1996_010_001_18
d “Pasi but but” :01-19 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_19
d “Pasi but but” :01-20 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_20
d “Pasi but but” KUROSAWA :01-21 d Wu, Rung Shun Taïwan 1943 CNRSMH_I_1996_010_001_21
d “Pasi but but” :01-22 d Wu, Rung Shun Taïwan 1986 CNRSMH_I_1996_010_001_22
d “Pasi but but” :01-23 d Wu, Rung Shun Taïwan 1988 CNRSMH_I_1996_010_001_23
d “Pasi but but” :01-24 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_24
d “Pasi but but” :01-25 d Wu, Rung Shun Taïwan 1986 CNRSMH_I_1996_010_001_25
d “Pasi but but” (Maison des Cultures du Monde) :01-26 d Wu, Rung Shun Taïwan 1988 CNRSMH_I_1996_010_001_26
d “Pasi but but” :01-27 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_27
d “Pasi but but” :01-28 d Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_28
“Pasi but but” :01-29 Wu, Rung Shun Taïwan 1994 CNRSMH_I_1996_010_001_29

WU RUNG-SHUN, Le chant du Pasi but but chez les Bunun de Taiwan: une polyphonie sous forme de destruction et de recréation

Travaux récents

 

wu rung shun

Wu Rung Shun

Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre soutenue le 12 décembre 1996
p. 251-252

Référence(s) :

Wu Rung-Shun, Le chant du Pasi but but chez les Bunun de Taiwan: une polyphonie sous forme de destruction et de recréation. 2 tomes: 175 p.+ 301 p. + CD. Thèse de doctorat de l’Université de Paris X-Nanterre (Département d’ethnologie et de sociologie comparative), Directeur de thèse: Mireille Helffer

Texte intégral

1Ce travail porte sur un chant rituel – le pasi but but – destiné à favoriser la croissance du millet, nourriture de base pour les Bunun, un groupe aborigène de Taiwan. Ce chant comporte une forme polyphonique propre, distincte de celle des autres répertoires musicaux de l’ethnie Bunun.

2Dans une première partie, l’auteur s’efforce de situer le pasi but but dans la société, la culture et la musique traditionnelle des Bunun dont il présente brièvement les divers aspects.

3Dans la seconde partie, le sujet propre de la thèse est traité sous les trois angles de la fonction de ce chant particulier, des structures qu’il manifeste et des mutations qu’il a subies au cours des cinquante dernières années. En fait, ces trois facteurs s’interpénètrent inextricablement; mais, pour mieux comprendre les changements survenus à travers le temps et l’espace, il s’est avéré nécessaire d’examiner séparément:

  1. Le rôle original du pasi but but dans la société traditionnelle bunun, tel que le présentent les récits de la tradition orale, collectés dans différents villages. Ceci a permis d’élucider la relation triangulaire établie entre: croissance du millet, rites supposés favoriser cette croissance, chant choral masculin qui est au centre de ces rites.

  2. Les caractéristiques musicales des quinze versions enregistrées du pasi but but dont nous disposions.

  3. La structure de la polyphonie, telle qu’elle se dégage de la comparaison entre les différentes versions.

4Enfin, à partir de l’analyse de ces données, il a été tenté de comprendre selon quelles modalités le pasi but but s’était adapté à l’environnement nouveau dans lequel se trouvait placée la société bunun et quel noyau stable persiste aujourd’hui dans ce chant polyphonique devenu emblématique, non seulement des Bunun, mais, dans une certaine mesure, des aborigènes de Taiwan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« WU RUNG-SHUN, Le chant du Pasi but but chez les Bunun de Taiwan: une polyphonie sous forme de destruction et de recréation », Cahiers d’ethnomusicologie, 11 | 1998, 251-252.

Référence électronique

« WU RUNG-SHUN, Le chant du Pasi but but chez les Bunun de Taiwan: une polyphonie sous forme de destruction et de recréation », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 11 | 1998, mis en ligne le 07 janvier 2012, consulté le 31 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1660

Haut de page